Les autres, c’est rien que des sales types – J.A. Bertrand

 » Si vous avez conscience d’être un imbécile, c’est précisément que vous n’en êtes pas un. Alors que, au contraire, si vous avez conscience d’être heureux, c’est que vous êtes probablement heureux.

Sauf si vous êtes un imbécile « 

in L’imbécile heureux

Alors ? Êtes-vous heureux ?

Parcourir ce livre c’est comme se poser les fesses dans le métro et regarder autour de soi. Y’a un Grand Con, un p’tit con, un gros con, un vieux con : J.A. Bertrand dresse leur portrait universel avec beaucoup d’humour. Son génie réside pour moi dans sa faculté à arrêter le portrait d’une de ces Natures Profondes quand le lecteur commence à se lasser.

Parce que – oui bon c’est super drôle, mais au bout d’un moment, on a envie de voir autre chose que des cons. Ah ça tombe bien, voici l’imbécile heureux, le « bête béat » ! Juste à côté de lui, un touriste ! Voilà deux occasions qui se présentent pour vous bidonner un bon coup.

Parmi les gens pressés, debout, il y a le Parisien. Ceux qui ont le nez en l’air dans le métro et qui comptent les stations ne peuvent être que les provinciaux. A côté d’eux, niché dans sa couverture, le pauvre. Il ne tend pas toujours la main çui-là.

Et enfin le Groupe ! Quelle étrange et atroce façon d’être le Groupe. Vous les reconnaissez au premier coup d’oeil. Ceux qui rient, bougent, parlent fort – plus on est de fous plus on rit. Ca vous parle ?

Alors si l’envie vous prend, jeter un oeil à ce livre et lisez-le au gré de vos rencontres dans les transports en commun ! Rires garantis !

Les autres, c'est rien que des sales types.jpg

Les autres, c’est rien que des sales types – J.A. Bertrand