Au bonheur des ogres – Daniel Pennac

Dans ma recherche perpétuelle d’adaptations « du livre à l’écran » j’ai découvert le livre Au bonheur des Ogres de Daniel Pennac. Il constitue avec plusieurs autres romans une série au cours de laquelle on suit la vie des Malaussène, en particulier le grand frère, Benjamin. J’avais lu il y a plus d’une bonne dizaine d’année La Fée Carabine ; et je me demande encore pourquoi et comment les profs de français réussissent toujours à nous empêcher de lire des oeuvres en nous forçant quand même à les lire. Bref.

J’ai a-do-ré le roman. Vraiment. L’histoire m’a happée dès les premières pages. Il y a cette folle envie de percer le mystère avant qu’on nous donne la réponse à toutes ces explosions, il y a le plaisir de partager le regard de Benjamin devant cette Tante Julia ô combien étrange, il y a cette fascination pour la vie complètement tordue de cette ribambelle de demi-frères et demi-soeurs où les figures paternelles sont lourdement portées à bout de bras pas cette incarnation du concept de Bouc Emissaire qu’est Benjamin. Il y a la vie dans le quartier. Il y a la vie de tous les jours.

Et il y a ce poids infecte, qui pue vraiment, du passé. Et c’est là dessus que le film est vraiment un massacre.

au-bonheur-des-ogres-bouc-emissaire-adorable-bejo-personnaz-kusturica

Avant de donner ma vision, je me lance quand même dans la lecture d’une interview de Nicolas Bary, le réalisateur… C’est ici .

Bon, je ne lui aurai pas attribué toute ma confiance, moi. Non franchement, ni validé ce projet. Bien sûr l’univers est riche, et cette oeuvre particulièrement compliquée. Mais je pense que sa relecture, sa réécriture a parfaitement dénaturé l’histoire. Impossible d’en réaliser la suite par l’absence la plus totale de Clara. Clara est l’une des demi-soeur de Benjamin. Il l’a mise au monde lui-même, il l’admire, elle le fascine, il éprouve des sentiments aussi fort que la passion amoureuse, et son talent de photographe est finalement relégué à Tante Julia. Pffffuit adieu Clara-concept = adieu la suite des oeuvres de la série Malaussène. Bon courage si vous voulez adapter le reste.

De même que l’un des personnages fon-da-men-taux (je suis pénible avec mes tirets :D) qui surveille les p’tits vieux au rayon bricolage : ADIOS AMIGOS ; où qu’il est passé ? Et puis d’abord c’est qui ces gens qui explosent ? On m’aurait dit pour chacun « dommage colatéral » j’aurai eu la même indifférence devant le film.

Au bonheur des ogres, c’est une histoire complexe, sordide, violente, déchirante, elle nous remet face aux horreurs de la Seconde Guerre Mondiale, elle nous dérange par les viols pédophiles, elle nous tourmente par ce trip autour des astres et les croyances d’une sphère intellectuelle a priori élevée côté nazis, elle nous indispose devant le cliché agrandi de Clara.

Au bonheur des ogres, le film, c’est gentillet et bien pensant. Bouh fallait faire du bling bling et du simple pour les demeurés qui allaient regarder ? C’était ça l’enjeu ?

Publicités
Au bonheur des ogres – Daniel Pennac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s