Ad vitam AEternam – Thierry Jonquet ( + à propos de von Hagens)

Remporté lors d'un "jeu de piste" pour enterrement de vie de célibataire. A faire tourner aux autres membres de l'équipe :)

413JBNQSQ9L._SS500_

 

Si vous prenez la 4ème, vous lirez que l’auteur est réputé pour son talent en matière de « roman noir » et que, de plus, ce roman « flirte avec le fantastique sans tomber dans le maniérisme » (dixit Lire). Bien. Ca avait l’air tentant dit comme ça et si ça se trouve nombre d’entre vous ont apprécié ce livre. Moi, non.

« Fantastique« . Le fantastique est une brèche dans le réel, des évènements étranges qui font qu’un univers tout à fait réaliste vacille ; le lecteur est perdu : s’il choisit d’adhérer, on tombe dans la science fiction admettons et s’il se dit que le personnage délire, on reste dans le réaliste. J’ai dit lecteur ? Je confirme Lecteur. Ici tout ce qui peut être « fantastique » réside dans ce que vit le personnage principal (d’ailleurs quel est le curieux personnage qui a choisi cette couverture, sérieux ? Est-ce qu’il a lu autre chose que le résumé ? Non parce que l’héroïne a beau bosser dans un salon tatoo-piercing, elle n’a AUCUN trou sur le corps figurez-vous. Donc ça serait sympa de lire le premier chapitre avant de coller une photo en couverture…)

Bon. L’histoire en elle-même est aussi peu palpitante qu’un banal Levy (Marc of course. Désolée je trouve que les livres de ce charmant auteur passent le temps dans le train pour le lambda moyen mais il ne satisfait en rien mes exigences :/ j’ai essayé ! Juré ! Mais je trouve ça pauvret) Donc je disais que si vous lisiez un Levy, vous pourriez tout à fait lire les mêmes 350 pages en quelques heures.

Je ne dévoile pas tout pour la future mariée qui lira certainement ce chef d’oeuvre 😀 (Ah si si Mathilde t’as pas le choix :D) mais sachez que je le résumerai ainsi : histoire banale, héroïne à vie banale avec son petit traumatisme qui la distingue, super héros sans cape et sans épée, intrigue parallèle qui se recoupe FORCEMENT avec la p’tite héroïne, des scènes de la vie courante ou de la vie intime, une capture, des secrets dévoilés. Mert’ je vous parlerai des 50 Nuances ou d’un Twilight je suis sûre que je résumerai pareil quoi >_<

A ceci près ! J’aurais au moins découvert un artiste (merci pour l’intrusion surnaturelle de références culturelles étranges et passionnantes qui font que ok… ok… vous écrivez quand même un peu mieux que les autres parce que vous êtes curieux de culture M. Jonquet). Parce que le super héros est « fasciné » par la Mort (je ne peux pas trop vous en dire plus, ce n’est pas un psychopathe, c’est un croque-mort un peu… aeternel 😀 ), l’auteur en profite pour introduire quelques éléments de réalité à découvrir si on est un tant soit peu curieux (… de vérifier si y’a pas quelque chose à sauver du bouquin). Voici quelques noms cités furtivement avant d’arriver à l’artiste dont je voulais parler : (merci Wiki)

Hérophile

Hérophile a été un des pères de l’anatomie et a fondé l’école médicale d’Alexandrie. Il a été le premier à faire systématiquement des dissections de cadavres humains. Il a étudié le trajet des artères et les étapes de l’accouchement notamment.

Dioclès

C’était un médecin grec. Il a écrit notamment au sujet des fièvres, les maladies des femmes, les bandages, l’hygiène etc.

Claude Galien

Après de nombreuses études, il se dirigea lui aussi vers la médecine (oui parce que le livre parle du ralentissement du vieillissement dans la société actuelle etc) Il a effectué des opérations du cerveau, de l’œil. Il a été confronté à la peste antonine.

Mondino dei Liucci

Médecin italien spécialiste de l’anatomie et auteur d’un manuel destiné à enseigner la dissection humaine.

André Vésale

Vous allez beaucoup en entendre parler en lisant le livre ! Il est considéré comme le plus grand anatomiste de la Renaissance. Alors à moins que Thierry Jonquet se soit contenté de Wiki comme je le fais, mais il raconte la même anecdote à propos du gibet de Montfaucon (tu voulais que je te raconte aussi lecteur ? 😀 Eh ben non, cherche un peu toi aussi :p)

Bref tout ça pour arriver à l’exposition de….

Gunther von Hagens                 Gunther von Hagens

Qui est-il ? (Wiki : ) C’est un anatomiste allemand, inventeur de la plastination, une technique visant à conserver des corps ou des parties d’êtres décédés. Il est à l’origine de Body Worlds (Körperwelten en allemand), une exposition sur des corps ou des parties de corps humains qui ont été plastinés.

Et comment le souligne Wiki, je me demande : a-t-on le droit d’exhiber des corps de personnes décédées ? La mort peut-elle être un prétexte à l’Art ? Peut-on montrer sans toucher à la pudeur de l’être qui l’a habitée la peau délivrée de tout liquide vivant ? Et moi quand je regarde l’exposition, comment ai-je le droit de me sentir ? Ai-je le droit d’être écœurée ? Ai-je le droit de me sentir gênée et de penser à mon propre corps une fois que mon esprit ne sera plus ? Est-ce que cette exposition nous secoue parce qu’il nous renvoie notre impuissance dans cette enveloppe charnelle ? Est-ce qu’elle nous invite à nous poser trop de questions ? Ou est-ce qu’elle me rebute parce que je suis d’une pudeur sans nom ?

Quelques photos à partager :

461(3)  BodyWorlds Body Worlds Exhibition To Open In Berlin

body-worlds-woman

Publicités
Ad vitam AEternam – Thierry Jonquet ( + à propos de von Hagens)

7 réflexions sur “Ad vitam AEternam – Thierry Jonquet ( + à propos de von Hagens)

  1. Gadzelle dit :

    J’ai lu le résumé en diagonale (et même en diagonale-pointillés !) et je le lirai bien pour me faire mon avis… Malgré l’allusion à Marc Lévy.
    Sinon je suis bien contente d’être tombée sur ce site, j’y repasserai de temps à autre ! (P’tetre bien pour faire un vrai commentaire constructif….)

    A bientôt !

  2. Moi aussi je suis très gênée par ces « œuvres d’art » fabriquées avec des cadavres … ma vision de l’art est plus tournée vers la vie et puis il me semble qu’on devrait respecter ces êtres humains même s’ils sont morts … Malaise profond de voir ça !

  3. Ces cadavres me laissent perplexe… Sous prétexte de faire de l’Art, il n’y a plus de limite. J’ai une amie qui m’a raconté que, dans le cadre d’une performance artistique, un type avait mangé un foetus humain mort.. Miam, bon appétit –‘

  4. Laily dit :

    Waouw moi je trouve ce travail fabuleux, pq ce travail serait ilplus macabre que l’expo qui a tourné sur les morts conservées dans la cendre du voclan Vésuve?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s