Justine ou comment Ana est finalement bien tombée !

Digression nécessaire pour comprendre érotisme / porno. Tu peux sauter jusqu’au trait de séparation si ça te saoule, lecteur !
/!\ -18 ans =)

Vous voilà après la Révolution, détenant entre vos mains le livre le plus érotique qu’il ait jamais été écrit. Erotique ? Non, Wikipédia, tu te trompes ou alors tu ne l’as pas bien lu. Ou alors encore nous n’avons pas la même définition de l’érotisme. Considères-tu que les Cinquantes Nuances sont teintées d’érotisme ou que c’est un bon gros porno pour celles qui manquent de piment dans leurs jeux sexuelles ou les frustré(e)s ? (Chers lecteurs, comme tu le constates, je n’ai pas du tout aimé cette trilogie. Je n’ai pas frétillé et le coup du « ta fille aime déjà le sexe » à la fin me laisse sans voix – allons, allons, ne me dis pas que tu te sens spolié (e) après cette révélation ? tu lisais vraiment pour savoir comment ça allait se terminer ? à d’autres !)

Revenons à notre mouton. Selon ta propre définition, Wikipédia, l’érotisme c’est ce qui « désigne l’ensemble des phénomènes qui éveillent le désir sexuel ». Quand Ana se fait prendre, qu’elle a un plug anal, qu’elle parle de sa « chatte », tu vas me dire que cela éveille le désir sexuel ? Tu fais d’ailleurs le débat érotisme/pornographie toi-même et franchement, les prises abracadabrantesques d’Ana me font plus penser à une  « représentation d’actes sexuels ayant pour objectif d’exciter sexuellement le spectateur » et c’est ce que tu écris pour pornographie.


Bref tout ça pour dire que – Non ! – Justine n’est pas une héroïne dans un roman érotique. Ou alors il faut souffrir d’une grosse dose de frustration ou de perversion pour que les différentes scènes suscitent une envie orgasmique chez le lecteur. Voyez-vous, Justine est une pauvre malheureuse vierge, un peu comme Ana. Sauf qu’elle ne tombe pas sur un Largo Winch dominateur, non. Justine tombe sur une avalanche de détraqués et si elle essaie de clamer au départ qu’elle souhaite garder sa vertu, on ne peut pas dire que ce soit d’une grande efficacité.

Imaginez-vous toujours après la Révolution. Vous avez dans les mains la plus grande encyclopédie psychologique de toutes les pathos sexuelles possibles et inimaginables. Vous avez celui qui aime défleurir, vous avez le gang des curés qui vivent au milieu d’un harem de victimes et dont ils jouissent par mille et un objet en plus de leurs phallus, vous avez aussi la bande de voleurs qui ne rechignent pas à un petit trou qui passe, vous avez le micro-zizi-man qui déteste les femmes et mutile son épouse en jouissant du spectacle entourés de jeunes hommes, les libertins fans du chemin boueux, les accros au pipi, vous avez aussi le riche qui se paie des petites filles (pas des jeunes filles, non, des « petites » !) et qui les revend dans le Sud de la France après les avoir consommées. Alors, vous trouvez ça érotique vous ?

Bref, je m’étais dit qu’un jour je lirai franchement un « Marquis de Sade » pour voir s’il était vraiment aussi « Sadique » que ça. Je dirai que c’est un fin observateur de la sexualité décalée.

En tout cas, sa sœur qui elle s’est prostituée, a tué son premier mari, et toutes les autres choses, finit dans les hautes sphères de la société. Est-ce que ce livre invite VRAIMENT à la vertu, franchement ? Est-ce qu’il ne pousse pas une lectrice avertie à contourner les voies les plus pieuses qui conduisent inéluctablement à la déchéance, la violence, la honte, la douleur et la mort ; pour devenir une figure importante dans la société par mille et une malversations ?

Bref, si vous êtes curieux, c’est assez épatant de lire autant de scènes de sexe barbares dans une langue aussi soutenue ! Si vous n’êtes pas curieux, ce n’est pas grave, l’histoire en elle-même ne m’a pas franchement marquée. Quelques gravures pour ne pas vous donner l’eau à la bouche. Mes excuses par avance.

photos prises sur http://utpictura18.univ-montp3.fr/ 

Publicités
Justine ou comment Ana est finalement bien tombée !

5 réflexions sur “Justine ou comment Ana est finalement bien tombée !

  1. Je n’ai pas lu les « 50 nuances… », mais la « philosophie dans le boudoir », il y a longtemps. Entre théories et pratiques, les dissertations du divin marquis m’avaient intéressé, mais ses descriptions sont vite lassantes et nullement érotiques.

    1. Le titre me dit quelque chose il me semble. Je crois qu’on m’avait évoqué ce livre à l’occasion d’une lecture des Liaisons dangereuses. J’essaierai d’u jeter un œil en espérant que les dissertations soient plus encourageante que toutes les leçons de morales intercalée dans Justine ^_^ Merci !

  2. Alison Mossharty dit :

    Je n’ai jamais lu Justine mais j’ai aussi lu un bon quart de « la philosophie dans le boudoir » ou au final il y a assez peu de passages philosophiques et les descriptions deviennent imbuvables au bout d’un moment (perso, ça m’avait limite donné envie de vomir XD oui, je suis une âme faible :D). Alors, je passe avec plaisir mon chemin pour Justine ^^ Mais c’est toujours intéressant de lire un peu de Sade histoire de savoir de qui et de quoi on parle 😉

    1. Mais non mais non ^^ je comprends qu’au bout d’un moment cela écœure, j’ai passé un long moment les yeux écarquillés devant ma lecture 😀 Mais c’était par curiosité que je me suis lancée là dedans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s