Bonne résolution ! Un Challenge à tenir.

Challenge Un mois, un classique

Ok. Je suis incapable de mettre à jour correctement mes lectures sur mon blog. C’en est trop ! WordPress est désormais installé de partout et je vais m’hyperconnecter pour écrire parce qu’après je suis pleine de regret.

Un challenge pas trop difficile à tenir côté écriture (enfin j’espère y arriver vu que l’an passé en février j’ai oublié que j’avais un blog jusqu’à… Noël O_O)

Un mois, un classique du Pr. Platypus

Mes objectifs de lecture (ou relecture dix ans plus tard O_O déjà dix ans T_T) :

  1. Janvier : Le Magicien d’Oz en V.F., Baum
  2. Février : Dracula en V.F., Stoker
  3. Mars : Andromaque, Racine
  4. Avril : Combray, Proust
  5. Mai : Le Horla etc, Maupassant
  6. Juin : Une saison en enfer, Rimbaud
  7. Juillet : L’adolescence clémentine V.O., Clément Marot
  8. Août : Voyage au bout de la nuit, Céline
  9. Septembre : Le Rouge et le noir, Stendhal
  10. Octobre : Pierre l’Ebouriffé en V.F., Hoffmann H
  11. Novembre : Zazie dans le métro, Queneau
  12. Décembre : Gatsby en V.O., Fitzgerald

Rattrapée par la vie ou l’ennui

Non classé

Pas le temps de lire, d’écrire, de photographier, de nager. Ma vie est une course contre la montre. Travailler, faire à manger, profiter de mon bébé, travailler. C’est à peine si je vois mon mari, mes bibliothèque, le soleil. Mon métier a envahi mon Monde. Agressée par une actualité mensongère pré digérée pour séduire bobos et fragilisés (oui je pense à cette expérience qu’on loue, d’une nana qui gère même pas 20 élèves, qui travaille dans son coin, qui plaque tout dès que y’a plus de sousous et qui dit bout les instit sont nuls au lieu de dire attention votre État néglige le budget education), je suis épuisée et lasse. 

Alors, je rêve. Avoir du temps, prendre le temps. Regarder la nature, lire, écrire, voyager, parler ici, parler avec mes amis. Mon monde ne devrait être que poésie pour m’être supportable et il n’en est rien. Dans l’espoir de retrouver de l’espoir un jour, je renoue avec l’essentiel, ce qui m’a fait grandir et tenir quand tout allait mal. 
Une couette, des lunettes, unlivre,  du silence, une friandise.

Douceur douceur berce moi encore.


Semaine 8 ~ un défi ou un écrit ~ Rouge passion

Challenge Blog agoaye

Il y a le rouge qui inspire, celui qu’on dépose sur les lèvres, l’interdit quand on n’a que treize ans et que l’on applique sans débord mais avec trop, toujours de trop, pour devenir un peu plus vieille, un peu Autre.

Il y a le rouge sang, celui qui ruisselle, celui qu’on peine à supporter quand on rêve d’un bébé, celui de tous les maux, de toutes les douleurs, celui qui quand il disparaît, signe avant coureur, enflamme d’un autre rouge vos joues, vous empourpre de bonheur.

Il y a le rouge de l’amour, la petite boîte écrin qui cache un trésor, un bijou, un mot d’amour, une ribambelle de post-it à y ranger dissimulés dans tout mon appartement après ton départ pour me laisser une trace de combien tu m’aimes et m’aimeras toujours.

Il y a le feu rouge, celui qui dit STOP, celui pendant lequel on a juste assez le temps de s’embrasser encore une fois, celui qui passe au vert et qui coupe la passion aidé du klaxon du conducteur de derrière qui s’impatiente en riant quand même un peu.

Il y a le rouge vernis, celui que je ne mets pas, et le rouge du stylo qui pique un peu les yeux, il y a ce rouge de maternelle dont je me souviens encore, et mon fil de point de sutures « vendu bleu » par l’infirmier quand j’avais 4 ans mais qui est devenu rouge tout subitement.

Il y a la pochette rouge dans laquelle j’ai stocké toutes les échographies. Il y a ma trousse de couture rouge qui m’a aidée à fabriquer le premier costume de carnaval de notre bébé. Il y aura les framboises rouges dans le jardin que nous lui ferons goûter. Il y aura aussi sans doute les premiers rouges mercurochrome de ses premières gadingues en vélos ! Du rouge autant qu’il y aura de moments vivants ! Autant que nous vivrons nos passions.

 

 

Plus d’écrits et de défis ICI

Semaine 3 – un défi ou un écrit – Dire qu’on aime

Challenge Blog agoaye

Bon. Si j’avais su en choisissant le défi je ne me serai pas  » limitée  » à dire à mon fils combien je l’aime malgré les ô combien difficultés présentes depuis sa conception et son arrivée.

Mon disque dur a grillé avec plein plein de choses dessus. Comme on vient de faire un gros achat pas moyen de changer d’ordi. J’espère qu’il ne fera pas grillerle nouveau DD à l’intérieur. Si j’avais su, c’est à lui que j’aurais chanté des louanges, il aurait peut-être vécu plus longtemps :p

A la bourre donc pour mes défis et mes écrits ! Merci pour vos messages en semaine 2 🙂

Semaine 2 – un défi ou un écrit – Ecrivez à l’enfant que vous étiez

Challenge Blog agoaye

Si tu avais su, tu n’aurais jamais été celle que tu es à l’heure où je t’écris.

Si tu avais su qu’en te faisant amie avec cette petite fille tu allais souffrir, tu ne l’aurais peut-être jamais approchée. Si tu avais su la douleur, la peine, l’absence, la violence, les années de lutte, de cauchemar, d’incompréhension et j’en passe, tu ne l’aurais peut-être jamais approchée. Si tu avais su les disputes en famille, la haine que tu as pu porter, l’envie de tout péter autour de toi, tu ne l’aurais peut-être jamais approchée.Si tu avais su les angoisses, les séances de psy, la recherche de stabilité et la peur de tout ce qui en résulte alors, tu ne l’aurais peut-être jamais approchée. Je te le dis, tout ça en vaut la peine. Tu es devenue quelqu’un de sensible et de bien.

Si tu avais su qu’en montant à ce mur d’escalade, ton corps allait se briser, tu ne l’aurais peut-être jamais monté. Si tu avais su l’absence de soutien de ceux qui auraient du te soutenir, l’absence de bons soins, tout le travail que tu allais devoir faire seule encore une fois, tu ne l’aurais peut-être jamais monté. Si tu avais su la solitude, les heures perdues le plâtre au pied, l’arrêt définitif de ton sport favori, les marches impossibles à grimper et à parcourir, tu ne l’aurais peut-être jamais monté. Je te le dis, tout ça en vaut la peine. Tu auras grâce à ce maudit mur trouvé l’Amour aussi étrange que cela puisse paraître.

Si tu avais su qu’en voulant ce bébé tu devrais affronter les années, la vue de tant de naissances désirées ou non, l’attente, la peine, l’échec, tu aurais peut-être fait d’autres projets. Si tu avais su la fatigue, le désespoir, les disputes, la colère, tu aurais peut-être fait d’autres projets. Si tu avais su les protocoles, les allers-retours à l’hôpital, l’attente, l’inquiétude, les peurs paniques, l’incompréhension autour de toi, tu aurais peut-être fait d’autres projets. Si tu avais su l’épuisement, le baby-blues, les ignobles nanas qui t’entourent, les moments de doutes, de craquages, et cette énorme solitude qui pèse, tu aurais peut-être fait de projet. Je te le dis, tout ça en vaut la peine. Tu auras un magnifique bébé, intelligent, coquin et fantastique, qui t’épuisera quand même 🙂

Si tu avais su la solitude d’aujourd’hui, tu aurais peut-être cherché à nouer des liens plus solides. Tu te serais peut-être trompée. Tu voudrais peut-être combler les douleurs d’aujourd’hui. Mais je sais qu’un autre moi, dans dix ans, m’écrira que cette solitude était toute aussi nécessaire que cette amie disparue, ce mur d’escalade et cette envie de bébé insatiable, que cette solitude en valait peine et le Moi du futur aura su tirer bénéfice de cet état difficile aujourd’hui.

Autres défis à découvrir ici : Le blog d’agoaye semaine 2.